Goto main content

Qu’est-ce que le CdA? Et pourquoi le cycliste doit-il en tenir compte?

Par Marc Graveline, alias le « Data Cruncher », Cofondateur, Notio Technologies
2018-06-16

Par Marc Graveline, alias le « Data Cruncher », Cofondateur, Notio Technologies 

L’énergie que produit un cycliste sert à maîtriser les forces comme la résistance au vent, la gravité et le frottement sous ses différentes formes. 

La quantité d'énergie requise pour surmonter la résistance au vent peut représenter un pourcentage important de l'effort global fournit par le cycliste. Par exemple, sur un parcours plat, un cycliste de 68 kg plus son équipement doit produire 200 watts de puissance pour rouler à 36 km/h. De ces 200 watts, 170 serviront à vaincre la résistance de l'air tandis que les 30 autres seront utilisées pour la résistance au roulement (friction entre le pneu et la route).

Les cyclistes n'ont cependant pas tous la même efficacité lorsqu’il s’agit de dominer la traînée aérodynamique. Le terme CdA sert à quantifier cette efficacité.

CdA est l'abréviation utilisée en anglais pour définir le coefficient de traînée aérodynamique. Il s’agit d’un nombre sans dimension (sans unité) résultant de la traînée d’un objet selon sa taille, sa forme et sa texture de surface. Ci-dessus, le cycliste roule à 36 km/h en produisant 200 watts de puissance sur un parcours plat; il génère ainsi un CdA de .28. S'il améliore son CdA de 10 % en le réduisant à .252, il pourra rouler à 37.5 km/h avec ce même 200 watts. Avec un CdA optimal de .205, le cycliste roulera à 40 km/h, toujours selon ces 200 watts d’énergie.

Le CdA dépend donc de la taille, la forme et la texture de surface de l'objet. En ce qui a trait à la taille, l'élément le plus important est la zone frontale, c'est-à-dire la zone avant de l’objet en contact avec le vent. Mais la forme de l'objet est aussi très importante. Un cube de 1 cm2 (centimètre carré) aura un CdA supérieur à celui d'une sphère dont l’aire est aussi de 1 cm2; et celle-ci aura, à son tour, un CdA plus important que celui d'une larme de même surface frontale. Ainsi, bien que la zone frontale soit importante, elle ne donne toutefois pas une idée globale de la traînée aérodynamique. 

Pour réduire la zone frontale, on choisit généralement de maintenir la tête du cycliste plus basse, de réduire l’écart entre ses bras en rapprochant les coussinets et d’abaisser ses épaules en diminuant la hauteur du guidon ou en faisant adopter au cycliste une position plus étirée. Cependant, ces modifications dans la zone frontale entraînent parfois un changement de forme globale de l'objet, ce qui peut avoir des conséquences inattendues sur le CdA. Malgré certaines tendances générales prônant que narrower is better (plus c’est étroit, mieux c’est), ça ne s’avère pourtant pas toujours le cas. Des postures théoriquement plus rapides peuvent avoir une incidence sur la capacité des cyclistes à générer de la puissance sur de longues périodes.

Le CdA aide le cycliste à trouver la position optimale qui lui permettra d’améliorer son efficacité aérodynamique tout en maintenant sa capacité à générer de la puissance. Elle lui permet également de faire des choix éclairés en ce qui a trait à l'équipement, tel que le casque et les vêtements. Le cycliste peut ainsi expérimenter pour trouver la configuration la plus efficace pour lui.

En optimisant son aérodynamisme, un cycliste pourra généralement récupérer plus de watts de puissance qui lui serviront avantageusement pendant toute sa saison d'entraînement.

Ajouter un commentaire




Commentaires

notio_logo.png

Une compagnie 

Suivez-nous